1-Tous les articles:

#TribuneInvitée – L’Artisanat, première entreprise de France ?

31 oct 2012 by Etienne Portais, Déposer un commentaire »

artisanat e1351618635250 #TribuneInvitée   LArtisanat, première entreprise de France ?

Avant de répondre à cette grande question, une petite présentation s’impose. Voilà, je m’appelle Maxime Jakobowski et je suis un Artisan quadragénaire, pâtissier-chocolatier installé dans le Nord de la France, à une soixantaine de kilomètres de la métropole lilloise.

Tombé dedans comme le célèbre gaulois, j’ai toujours travaillé dans l’entreprise familiale fondée en 1963. La suite logique était de prendre la relève parentale… ce qui fût fait en 1990. Sans prétention aucune, cette présentation faite, simplement pour vous affirmer que je sais exactement de quoi je parle.

 

L’Artisanat, première entreprise de France ?

La réponse à cette grande question est OUI, sans chauvinisme. Que seraient nos villes et centres-villes sans commerces, sans Artisans ! Ce serait malheureusement un désastre désert… ? Et vous remarquez déjà que vous êtes fort assoiffés ! Qui ne constate pas que son quartier se désertifie au profit des zones commerciales, usines de consommation pour consommateurs de plus en plus fauchés, bien malgré eux.

Comme la cible de ce blog est les jeunes entrepreneurs, je vais m’adresser à eux, mais aussi aux futurs jeunes entrepreneurs que vous souhaitez devenir.

Dans le cas du jeune artisan que tu es déjà, j’aurais un conseil fondamental à te donner pour la pérennité de ton entreprise. J’ai pu remarquer, au fil des années, de nombreuses et courageuses personnes sombrer dans un dépôt de bilan au bout de trois ou quatre ans d’exercice.

Pourquoi ? Sûrement pas par incompétence mais uniquement par manque d’informations. Ces informations, vous ne les avez jamais eues car votre chambre des métiers ne vous les a pas données. Il faut savoir que cette institution, comme d’autres d’ailleurs, sont dans l’obligation de répondre à des quotas imposés par les pouvoirs politiques qui ne chiffrent que le nombre d’entreprises… peu importe si ce n’est plus toi… un autre t’as déjà remplacé si tu as été dans le mur. Il serait bien mal venu d’être montré du doigt comme étant une région qui crée le moins d’emplois… chuttt ! Surtout pas de vagues…

Je me vois encore, à l’occasion des vœux de début d’années (enlever le s) de ma chambre régionale, qui évoquait à cette occasion, le succès du nombre de nouveaux entrepreneurs, écarquiller les yeux. En pleine crise financière, il y avait encore plus de « petits nouveaux »… décryptage !

Avec les vagues de licenciements que nous connaissons depuis quelques années, des salariés se retrouvent subitement, peut être est-ce ton cas, copain forcé avec monsieur Paul… pôle emploi. Et parce que tu as peu de chance d’en retrouver, un emploi, il ne reste plus qu’a créer ton propre travail. Voila pourquoi, il y a de plus en plus d’entrepreneurs.

Revenons à ces informations que vous n’avez jamais eues…

En t’installant, tu as à créer une offre à laquelle va répondre avec brios, une clientèle. Ton affaire va commencer à monter, voire exploser. Tu seras certainement débordé de boulot. Tu auras donc le réflexe, et c’est bien normal, de répondre à ce surcroît de travail en embauchant un, deux… salariés. Tu passeras tes premières années dans une progression constante mais au bout de la quatrième année, ton activité va se stabiliser, stagner. Ne te demandes pas pourquoi, c’est le cheminement normal… ben si, tu te demandes, pourquoi ? Tout simplement parce que ta clientèle va se « lasser ». Tu ne feras plus partie des nouveautés, tu auras pris ton rythme de croisière, d’autres nouveaux entrepreneurs te prendront une part de marché…
Le « hic » est que tu as embauché, investi… des traites tombent chaque mois… sans oublier l’administration qui te rappelleras que l’heure a sonnée, que tu as effectivement convaincu que tu étais un réel entrepreneur et qu’il est temps de payer intégralement des cotisations en tous genres… tu pensais avoir tout prévu ! Crois-moi, tu vas avoir de nombreuses surprises taxatives.

Dans le cas où tu es salarié, fortement tenté par l’entreprenariat, les mots ci-dessus sont à lire attentivement. Tu peux également lire cet article. Il faut que tu saches également, qu’aujourd’hui, un artisan-commerçant a des revenus bien inférieurs à ceux d’un « simple » salarié et beaucoup, beaucoup plus d’emmerdements. Etre son propre patron demande des sacrifices énormes.

Vous pensez certainement que pour quelqu’un, comme moi, qui veux valoriser l’Artisanat, je prodigue des mots qui refroidissent… effectivement ! Pour moi, la seule et unique manière de changer les conditions de l’Artisan, qui ne souhaite que de vivre dignement de son travail, est d’informer les jeunes à ne pas se lancer dans de telles conditions. Le jour où nos chers décideurs verront leurs quotas à la baisse, ils seront dans l’obligation de rendre bien plus alléchant le dur métier d’entrepreneur car aujourd’hui, même si l’Artisanat est bel et bien la première entreprise de France, il sert surtout à alimenter les caisses de l’état.

 

MAXIME JAKOBOWSKI, patron d’une TPE

Pour ceux qui seraient septiques à mes propos, je leur conseillerai de lire « Les dix commandements » de l’entrepreneur dans le livre LES AVENTURIERS DE L’ARTISANAT dont je suis l’auteur. Y figurent, ma propre expérience mais aussi des témoignages d’entrepreneurs de tous horizons. Je suis ouvert à toute rédaction d’article pour média ou blog, n’hésitez pas à me contacter par mail ou par téléphone.

A propos de l'auteur

 #TribuneInvitée   LArtisanat, première entreprise de France ? Etienne, 26 ans, est passionné par les startups. Il est d'ailleurs co-fondateur de Maddyness, le magazine des startups françaises. JeSuisPatron est un blog personnel sur lequel, il recense opinions personnelles et interviews de jeunes entrepreneurs.

Commenter

Suivez les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Lire les articles précédents :
Une Autre Paire de Manches qui a le bras long
Fermer